Background RP

  • Adrien Moncey
  • Édité le 05/07/2021

Altis City France, l’histoire Officielle



Un peu d’histoire:

Cette île, Grecque d'origine, Française de nos jours, a été colonisée par Napoléon Bonaparte au XIXème Siècle.
Sa langue officielle est devenue le Français, même si certains dialectes anciens persistent.

Un Gouverneur était nommé jusqu'à nos jours par le Continent, la Métropole.

Cette île dispose de nombreuses richesses, terrestres, maritimes, minières, culturelles et historiques. Les citoyens sont fortements attachés à ces richesses, à cette culture.
Le PIB moyen est assez élevé, ce qui permet aux citoyens de vivre aisément. La délinquance y était quasiment inexistante.


Histoire contemporaine:

La nomination du nouveau Gouverneur de l’île, en 2012, marque un tournant politique dans cette région qui était jusqu’alors réputée calme.
Ce nouveau Gouverneur était M. Zoko Yuri, inconnu, novice en Politique.

A la prise de ses fonctions, il avait mis l’accent sur la Politique Budgétaire de l’île, ses impôts, sa croissance économique, etc…

Le 10 Septembre 2012 a lieu, à la place de Kavala, un discours du Gouverneur: “Mes chers Citoyens, depuis ma nomination, vous m’avez accordé votre confiance. Soucieux de votre bien-être, il va falloir commencer à être réalistes. Effectivement aussi dur qu’il soit, notre économie s’effondre, nos richesses s’amenuisent, et nous devons agir rapidement et sans attendre. C’est pourquoi j’ai décidé de mener une politique de rigueur. Elle vise dans un premier temps à réduire le budget de la police nationale de 45%, des Secours Publics de 60% ainsi que du Gouvernement et de la Justice de 40%. Je sais qu’un grand nombre parmis vous ne comprennent pas ce choix mais je peux vous assurer qu’il en va pour le bien de notre précieuse île.”

Les Citoyens, soucieux de ces annonces, mais confiants envers leur Gouverneur acceptèrent donc cette politique de rigueur.

La Poudrière:

Huit mois plus tard, et, malgré le Discours du Gouverneur Zoko, ainsi que la nouvelle Politique de rigueur appliquée, la courbe du chômage explosa, et, ainsi, trois habitants sur deux se retrouvèrent sans emploi.
Ceci eut plusieurs répercussions:
 

  1. La hausse de la criminalité,
  2. -La baisse du bonheur,
  3. -La grogne des services publics dûe principalement à la coupe sévère de leur budget et à la drastique réduction de leurs effectifs.
  4. -La baisse du niveau d’accès aux soins,
  5. -La liquidation et la faillite de nombre d’entreprises,
  6. -La non-volonté des investisseurs de venir sur l'île.


Le Gouverneur alla de ses contacts personnels pour faire venir de nouvelles compagnies, pour tenter de redresser la barre, et ainsi deux entreprises s’installèrent:

 

  • La Volkoff’s Energy, entreprise faisant partie de la Volkoff Faith Corporation, un groupe assez obscur mêlant affaires et démêlés judiciaires et au passé Armé sur cette île. Cette entreprise eut l’accès total aux puits pétrolifères et pût, sans aucune restrictions, exploiter cette ressource à son compte. Son PDG était Monseigneur John Volkoff, Fondateur de la VFC, et éminence Religieuse. L’intérêt était l’extrême richesse de ses membres, et les capitaux apportés étaient énormes, avec une flotte de camions, une logistique établie, et une main d’oeuvre qualifiée. Ils créèrent aussi la Volkoff’s Bank pour financer de nouvelles entreprises.



 

  • La Yakuza’s industrie, entreprise fondée par M.Basque Benat, Sud-Métropolitain, qui décida d’investir ses capitaux dans la taille du diamant, et le traitement de l’or, pour en faire des Bijoux. Homme respectable, patron modèle, avec une vraie envie d’aider à améliorer la situation. Bien que leurs capitaux et leur logistique ne soit pas aussi développée que la VE, ils avaient l’envie, la motivation, et la connaissance de leur produit dont ils avaient déjà fait fortune de par le monde.



Ces deux entreprises, proches et fraternelles, réussissèrent, dans un premier temps, à améliorer la situation économique de l’île, et à pourvoir en emplois les habitants désespérés d’Altis..

Mais sur bien d’autres facteurs sociaux, le mal était déjà fait, et les plaies s'avéraient impossibles à panser.

Pendant ce temps, Messieurs Thomas et Dylan Reeze, respectivement Chefs des forces de Police et des Secours d’Altis, se rendaient bien compte de la situation et tentaient, en vain, d’avertir le Gouverneur, devenu sourd et muet face à la situation.

Les principaux notables décidèrent d’aller à la villa du Gouverneur pour avoir une entrevue avec lui, ils trouvèrent porte fermée, pire encore, une milice privée protégeait l’accès de la Villa et des environs.

Sur un vent de révolte grandissant, les principaux contestataires disparaissaient dans des circonstances tragiques, inexpliquées, la plupart du temps, voire même grotesques. Les chefs des principaux services publics (les frères Reeze) furent poussés à la démission et à l’exil.

L’île devenait de plus en plus livrée à elle-même, sans aide du continent, sans ordre établi, ce qui poussa des groupes d’opportunistes à prendre avantage de cette situation inédite.

Un groupe devenu puissant, les rescapés de Stratis, menés par M.Weber -un de ses nombreux pseudonymes-, régnait sur une partie de la pègre locale, et imposait sa loi (qui, cela dit en passant, était des fois plus bénéfique que la loi du pseudo Gouvernement en place). D’ailleurs, le gouvernement était invisible, et M. Zoko n’était plus apparu en public depuis plusieurs semaines, toujours terré chez lui.
Il semblait être devenu fou, selon des témoignages à posteriori de proches.

Les services Publics tentaient de se réorganiser, laissés totalement pour contre, et sans tête.
C’est ainsi que M. Bogdanov Fabien devint Général des Services de Santé, et qu’un jeune plein d’ambition prit son destin et celui des forces de Police en main.

Ce jeune en question était M.Moncey Adrien, un membre de la Gendarmerie, qui décida de rassembler le peu d’hommes qui lui restait, et de contacter les entreprises pour l’aider à reprendre le contrôle de la situation. Pour lui, il était hors de question de fuir, il fallait se battre, reprendre le contrôle, et réparer les erreurs du Gouverneur.

M.Basque, excédé par la Politique autoritaire du Gouverneur avait fui, cédant son entreprise à un autre entrepreneur.
M.Volkoff accepta sa proposition décida de le soutenir financièrement.
Le peuple se rallia aussi à Monsieur Moncey, autoproclamé (mais néanmoins reconnu par ses pairs) Général de la Gendarmerie, dont la popularité grandissait en flèche. Il semblait être la solution aux problèmes, et la clé pour résoudre le conflit et sauver l’île d’une guerre civile.
M.Weber se rallia également à la cause avec ses effectifs et ses armes.

L’affrontement:

Fortifié dans sa villa, le Gouverneur ne se doutait de rien.
Il ne voyait plus le désespoir de ses citoyens, bien trop préoccupé à piller les dernières richesses, il ne voyait pas non plus la tempête qui se préparait, et la bataille finale qui allait se jouer et sceller son destin.

Le Général Moncey avait rassemblé ses hommes, élaboré sa stratégie, placé son dispositif, et briefé ses hommes et femmes prêts pour l’action.

Ils marchèrent vers la Villa, en direction des Miliciens lourdement armés.

Ils tentèrent de négocier une sortie pacifique du Gouverneur, mais la Milice refusa, et commença à alimenter un feu nourri.

L’affrontement fut rude, les pertes lourdes.

Une brèche était faite dans les hauts murs qui entouraient l’ancienne demeure du Gouverneur devenue ruine aujourd’hui.

Les derniers miliciens se donnèrent la mort plutôt que de se rendre, le Gouverneur était seul, livré à lui-même, prêt à affronter son peuple.

Il n’eut aucune parole, n’eut aucune excuse. Il était devenu dénué de sentiments, tel un Roi-fou avide de Pouvoir sur une île économiquement en ruine, politiquement meurtrie.

Profitant d’un instant de faiblesse dans sa surveillance, il se suicida, se mettant un revolver dans la bouche. Revolver, ironie du sort, offert par ses deux Entreprises phares comme cadeau lors d’une cérémonie officielle. Cette arme était une arme ancienne appartenant depuis de nombreuses années au PDG de la VE, ornée des bijoux de la Yakuza’s Industrie.

La Restauration:

Le Général Moncey avait gagné, il avait sauvé l’île d’une guerre civile quasi-inévitable, et devait maintenant s’attaquer au plus dur, restaurer l’île, restaurer la confiance, restaurer l’image Gouvernementale et des services publics, restaurer l’économie.

M.Weber fut nommé Colonel de la Gendarmerie, puis, quitta ses fonctions pour monter une Entreprise,
M.Volkoff fut nommé nouveau Gouverneur Fédéral de l’île, plus haute autorité civile,
M.Bogdanov resta Général des Services Publics,
M.Moncey resta Général de la Gendarmerie.

Fut créés un tout nouveau système Judiciaire, ainsi qu’une administration Pénitentiaire gérée par les Altis Marshals.
Les services publics devinrent indépendants dans leur organisation, mais soumises à la législation du pouvoir Gouvernemental. La confiance a été restaurée avec le Continent, et les différentes nominations furent approuvées.

Furent ouvert depuis lors:
 

  • Un casino,
  • Une Entreprise de Cristal,
  • Une Entreprise de Câblage,
  • Une Entreprise Aérienne,
  • Une Entreprise de Divertissement,
  • Une Armurerie,
  • Une Concession Automobile.



La Chasse fut légalisée également pour pallier aux besoins primaires des habitants, se nourrir.
Les restrictions de Pêche furent réduites afin de pallier également à ce problème vital.

L’avenir nous dira si tout cela portera ses fruits,
L’avenir nous dira si vous aussi vous voulez apporter votre pierre à l’édifice.
Les cartes sont entre vos mains!